Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les extra-terrestres et notre civilisation

Publié le par ade

 

Enquête d’Olivier de Rouvroy 

 

La science et les religions sont longtemps restées emprisonnées dans une vision géocentrique de l’univers, selon laquelle la Terre serait la seule planète habilitée à accueillir la vie. Aujourd’hui, malgré l’évolution rapide des mentalités, quand on aborde la question des extraterrestres, on s’aperçoit que c’est un sujet qui demeure souvent tabou. Que l’on croit ou non à l’existence d’une vie extraterrestre, chacun a tendance à s’accrocher à ses propres convictions. Et de nombreuses personnes continuent à nier le phénomène en bloc. 

Depuis la sortie et le succès mondial du film « E.T. » de Steven Spielberg, qui présentait pour la première fois une créature d’outre-espace sous un aspect positif combinant intelligence, douceur et gentillesse, les terrifiants « petits hommes verts » d’autrefois font cependant de moins en moins recette. Certains cinéastes hélas influencés par des forces négatives (comme le réalisateur de «Independence Day» ou, plus récemment, celui de «Signs») s’acharnent à entretenir la peur des extraterrestres, mais la majorité de ceux qui croient en leur existence les considère cependant désormais comme des êtres plutôt bienveillants et en avance sur le niveau d’évolution de notre humanité. Il faut dire que les clairvoyants, canaux et contactés prêts à apporter un témoignage en ce sens sont aujourd’hui devenus légions. 

Il reste que nous continuons à avoir du mal à évaluer la diversité et la richesse des peuples qui vivent dans les étoiles. 

Il est de plus en plus question des Pléiadiens dans les livres ésotériques. On essaye aussi de nous familiariser avec les habitants de notre système solaire : Martiens et Vénusiens notamment. Mais que sait-on à propos des Centauriens, des Polariens, des Cassiopéens, des Sirians, de ceux que l’on appelle « les Bleus » ? Que sait-on des « Blonds » de Procyon, des Lyriens, des Ganymédiens, des Arcturiens ? Arcturus est une étoile située dans le prolongement de la Grande Ourse à 36 années-lumière de la Terre ; sait-on que son peuple participe, de façon importante, à l’éveil spirituel de notre planète et que les Arcturiens interviennent, entre autres, dans la création de corridors interdimensionnels et dans la formation de crop circles ? Et que sait-on des Dracos, des Reptiliens, des Lacertans, des Gris dont il existe au moins trois différentes espèces ? Sait-on, par exemple, que certains Gris proviennent, non pas de Zeta de Reticulum, mais de Rigel, autrement dit de Béta d’Orion ? Et sait-on que les fameux « êtres sans bouche » peints par les Aborigènes sur les parois de leurs cavernes de Kimberley Range en Australie, représentent les Gris de Rigel, avec lesquels ils furent jadis en contact ? 

 

 

On ignore en général que toutes ces créatures ne se trouvent pas normalement dans notre octave fréquentielle et que nos instruments de troisième dimension, même les plus sophistiqués, ne nous permettront jamais de les voir, à moins qu’elles ne décident elles-mêmes de se matérialiser. 

De même, jusqu’à une époque récente, on parlait exclusivement de soucoupes volantes. Effectivement, la plupart des mini-vaisseaux qui sont utilisés par nos visiteurs d’outre-espace pour des missions d’escorte, de navette ou de reconnaissance, ont la forme de soucoupes. Depuis quelques années, on commence aussi à accepter l’idée qu’il puisse exister des vaisseaux-mères et des véhicules merkabahs formés d’abord éthériquement puis organiquement à partir de l’énergie d’Êtres évolués. 

Mais que sait-on des « cigares » à hyper-propulsion supra-luminique, construits selon les lois de l’hyper-gravitation et qui sont pourtant très répandus dans notre galaxie, certains pouvant mesurer plusieurs centaines de mètres de long ? Les voyageurs galactiques les utilisent pour se déplacer à des vitesses qui dépassent largement celle de la lumière à l’intérieur des différents vortex énergétiques qui relient les plans et les univers. Il existe également des cigares « trans-temporels » à hyper-propulsion quantique, capables de faire des bonds quantiques dans l’espace-temps, et qui permettent à leurs occupants de réaliser des incursions dans leur passé ou dans leur futur. Les principes de l’hyper-propulsion supra-luminique sont en réalité connus et pratiqués depuis des milliers d’années par les civilisations avancées de notre galaxie !!! 

 


Cigare volant à hyper-propulsion supra-luminique classique : l’avant est équipé d’un dispositif de compactage spatio-temporel. 

 

J’utilise à dessein le présent et non le conditionnel pour évoquer ces technologies, car tout ceci n’est pas de la science-fiction : je connais personnellement un être exceptionnel qui vit dans le sud de la France et qui eut, il y a quelques années, la chance de pénétrer à l’intérieur de l’un de ces «cigares» et d’y remonter le cours du temps. Il m’a confirmé la maîtrise des technologies supra-luminiques par la plupart des civilisations extra et intraterrestres. Il est encore inconnu du grand public et je n’ai pas obtenu la permission de dévoiler son nom (uniquement ses initiales : P.B.), mais j’ai d’excellentes raisons de croire qu’il m’a dit la vérité. 

Durant certains épisodes de notre « préhistoire » et jusque vers le milieu de l’époque atlantéenne, l’humanité de la Terre fut bien souvent visitée par des représentants d’autres civilisations venus apporter un peu de leur lumière, de leur amour et de leur technologie à nos ancêtres. Un astronaute du nom de Fen-Tsé arriva ainsi jadis sur la Terre à bord d’un vaisseau en forme de « poisson volant ». Il venait de l’étoile Sian-Youan, qui est le nom donné par ses habitants à Regulus, autrement dit Alpha de la Constellation du Lion, qui se trouve à 77 années-lumière de notre planète. 

La trame akhashique présentée à P.B. lors de son contact lui a montré que le voyage de Fen-Tsé avait duré 200 années terrestres, au cours desquelles ce dernier s’était lui-même plongé, en compagnie des autres membres de l’équipage du vaisseau régulien, dans un état d’hibernation spatio-temporelle. Car en cet âge reculé, les habitants de Regulus n’avaient pas encore mis au point le système de propulsion astronautique qui permet aujourd’hui à la plupart des êtres d’outre-espace de franchir le mur de la lumière et d’accélérer leur vitesse de déplacement bien au-delà de la vitesse de la lumière. 

Fen-Tsé était un homo sapiens aux traits asiatiques et il fut à l’origine de la création de la race jaune et de la fondation de toutes les civilisations de l’Extrême-Orient. 

Parmi les nations de l’Extrême-Orient, il en existe au moins trois dont les souverains régnèrent longtemps sur la base d’un mandat confié par des Reguliens. Il s’agit de la Chine, où la déesse Kwan Yin, dont le nom signifie « Princesse du Cœur du Lion », est considérée par les érudits taoïstes comme un Être venu jadis de l’une des plus brillantes étoiles de notre galaxie, du Tibet, où le Dalaï Lama est reconnu comme l’incarnation d’un Être cosmique du nom de Chenrezig (Cherenzig étant la polarité masculine de Kwan Yin), et enfin du Japon, dont les empereurs descendent d’Ameratsu, qu’ils vénèrent en tant que déesse solaire, mais qui fut en réalité le fruit de l’union d’une humaine et d’un membre de l’équipage du vaisseau commandé par Fen-Tsé. 

 

Cherenzig, le bouddha de la compassion, polarité masculine de Kwan Yin

 


Kwan Yin, déesse vénérée à travers tout l’Orient, vient de Regulus (Alpha de la Constellation du Lion) 

 


Kwan Yin est une divinité syncrétique où se rejoignent deux grands symboles : celui de la Mère Divine (en Chine principalement) et celui du Bodhisattva de la Compassion, que l'on trouve au Tibet sous la forme de Chenrezig (« les Yeux de l’Amour ») et de Tara. Kwan Yin et Chenrezig, que l’on présente parfois comme son pendant masculin, ont tous deux le même mantra : Om Mani Padme Hum. 

 

Toutes les connaissances scientifiques, métaphysiques, alchimiques, théurgiques actuellement disponibles sur notre planète furent importées jadis d’autres systèmes solaires de notre galaxie par des Êtres Cosmiques dont Fen-Tsé n’est qu’un représentant parmi beaucoup d’autres : a-t-on seulement la plus petite idée de qui furent les Titans et les Elohim, à l’époque des Noces d’Or entre Ouranos et Gaïa ? Les Titans furent nos ancêtres galactiques et assistèrent, il y a 5 milliards d’années, à la naissance de la première Âme de notre système, celle du Soleil. Quant aux Elohim, ils viennent de Vénus et étaient vénérés par les Cananéens au début de l’Ère du Bélier en tant qu’ambassadeurs du Dieu-Roi El auprès de l’humanité. 

Mais que sait-on aujourd’hui de nos origines et des dissidences qui apparurent un jour chez les Dieux, les Anges et chez les Titans, à l’époque où les Nephelim se dressèrent contre Atlas, Hercule et Ashur, et où la déesse Lilith décida d’initier Adam à la sexualité ? 

Savez-vous qu’il existait alors un Conseil de la Lumière, qui autorisa Adam à s’unir à cette déesse et l’humanité à entamer un long périple d’involution dans la matière ? Savez-vous que ce Conseil existe toujours, qu’il dispose de l’autorité sur toute notre galaxie et siège aujourd’hui en Orion, sur l’une des planètes du système de la géante rouge Betelgeuse ? 

Orthon, de la planète Vénus, qui fut rencontré en 1952 par George Adamski dans un désert de Californie du sud, vit dans un autre plan de conscience que le nôtre, un plan que l’on peut qualifier de spirituel ou d’octave fréquentielle de septième dimension, mais il a la possibilité de se matérialiser dans notre fréquence physique spatio-temporelle de troisième dimension. 

L’histoire de cette rencontre est relatée dans l’extraordinaire livre de Colin Bennett : « Looking for Orthon » (Éd. Arcturus Books – 2002). 

Ci-dessus : couverture du livre de Colin Bennett. 
 

Ci-dessous : cigare-mère photographié par George Adamski le 5 mars 1951 à Palomar Gardens (Californie) à l’aide du télescope 6 ” présenté sur la couverture. 

 

Adamski a déclaré qu’Orthon est un être majestueux au front très développé et à la longue chevelure blonde évoquant une cascade de paillettes en or. Lors de son contact, il le perçut comme un être masculin, mais il pense qu’il aurait pu tout aussi bien le prendre pour une très belle femme, s’il avait été vêtu différemment, tant son côté androgyne est prononcé.           

Orthon s’est également adressé à différentes reprises à notre ami français dont je souhaite préserver l’anonymat. Il lui a confié que l’outre-espace renferme une diversité de civilisations et une variété de créatures qu’il nous est encore impossible de concevoir. Il existe même une race d’insectoïdes ! Ces êtres sont gouvernés par une sorte de mante religieuse géante dont la présence est d’ailleurs inscrite dans la mémoire collective de quelques peuplades d’Amazonie : de même que ceux d’entre nous qui furent victimes de l’abomination nucléaire à l’époque de l’Atlantide, en conservent à jamais une empreinte indélébile dans leur âme et militent d’ailleurs souvent aujourd’hui au sein d’associations anti-nucléaires, de la même manière, certains de ceux qui furent victimes de la Mante religieuse de Mu du Dragon à l’époque pré-lémurienne, alors que la conscience humaine n’était pas encore individualisée, sont actuellement réincarnés dans ces tribus et conservent une inexplicable aversion pour cet insecte carnassier : sa présence sur un objet familier est considérée par eux comme un présage de grand malheur. 

Orthon (qui, soit dit en passant, s’est cette fois matérialisé dans notre octave fréquentielle sous l’apparence d’une très jolie femme) a en outre révélé à notre ami P.B. que parmi les humanoïdes qui viennent aujourd’hui nous visiter à bord de vaisseaux supra-luminiques, certains sont en réalité nos descendants ! Curieusement, beaucoup viennent d’une époque qui commencera au quarante-quatrième siècle après J.C., car le XLIVème siècle de notre calendrier correspond à l’avènement de l’Ère du Capricorne, époque au cours de laquelle chacun d’entre nous sera appelé à explorer les racines et les fondations de l’avènement de la Fraternité sur la Terre, au cours de l’Ère du Verseau. 

Ils expérimentent cette incursion dans leur passé lointain (qui correspond à notre présent), ce qui leur donne la possibilité de mieux comprendre ce qu’ils vécurent à notre époque (ce que nous vivons aujourd’hui), en cette extraordinaire période d’expansion de conscience qu’il nous est à présent demandé à tous et à chacun de traverser avec amour, compassion, dignité, tout en conservant, autant que faire se peut, par delà les difficultés, les souffrances et les apparentes injustices de notre plan d’existence, une attitude positive de confiance en la divine Providence, soutenue par l’idéal de paix et de retour en la Lumière… 

L’homme, en tant qu’être cosmique, existe de toute éternité. Il n’est qu’une petite étincelle jaillie de la Conscience du Créateur il y a des milliards d’années, bien avant la naissance de notre système planétaire et de notre Soleil. Il accompagne la Terre depuis le début de sa formation, longtemps avant l’apparition de la vie organique au sein de l’Océan Primordial. Et il l’accompagnera encore, lors de son Ascension et jusque bien au-delà de la quatrième dimension, dans la multidimensionnalité, cet accès sublime à l’immensité de la Vie cosmique que nous devons désormais tous nous préparer à expérimenter. 
 

 

Sourcehttp://pointdereference.free.f

Commenter cet article